Mastopexie : interview du Dr Raphael Gheerardyn

La chirurgie mammaire ne concerne pas simplement la réduction ou l'augmentation du volume des seins. Il existe autant de types de poitrines qu'il existe de femmes. Certaines femmes peuvent avoir une petite poitrine, d'autres une plus généreuse, mais il y a aussi des femmes avec des mamelons trop bas, une poitrine affaissée ou présentant une différence importante de volume entre les 2 seins, une asymétrie. Sachez qu'il existe une solution à chaque problème ! Pour des petits seins, il y a les prothèses ou le lipofilling (réinjection de sa propre graisse), pour les gros seins on peut réduire le volume, et pour les seins tombants, les asymétrie, les ptôses ou les mamelons trop bas il y a une intervention de redrapage de la poitrine, lifting, qu'on appelle la Mastopexie. Pour en savoir plus sur cette intervention nous avons interviewé le Dr Raphaël Gheerardyn, spécialiste en Mastopexie.

Plastimea.Com : Bonjour Dr Gheerardyn, pouvez vous nous expliquer à quel(s) profil(s) s'adresse une mastopexie ?

Dr Gheerardyn : La mastopexie s'adresse aux patientes qui ont la désagréable sensation de "seins tombants". Ce ressenti peut être rapidement et simplement objectivé par ce qu'on appelle classiquement le "test du crayon". Quand on peut placer un crayon sous le sein et ce dernier tient tout seul, c'est que la chute du sein est suffisante que pour nécessiter une correction chirurgicale. Evidemment, cet argument n'est pas le seul à prendre en considération dans la prise de décision car malheureusement la mastopexie implique des cicatrices, plus ou moins importantes, en fonction de l'importance de la chute des seins et de l'excès de peau. Enfin, il y a aussi une notion de volume. Soit la chute de la poitrine se fait au fil des années et est alors lié au poids du sein et, dans ce cas de figure, on réalisera un geste de remise en tension de la peau sans ajout de volume, voire parfois en enlevant un peu de volume. Soit, la pose est associée à une fonte glandulaire consécutive à des allaitements et/ou à une perte de poids massive, dans ce cadre on sera amené à combiner la remise en tension avec la recréation du volume disparu soit par une prothèse soit par un lipofilling.

Plastimea.com : Que peut-on en attendre concrètement sur un plan esthétique ?

Dr Gheerardyn : Comme je le disais, la mastopexie impose des cicatrices et donc ne s'adresse pas à des patientes qui ont une très légère chute de la poitrine. Les patientes qui bénéficieront d'une mastopexie peuvent s'attendre à un changement durable de la forme du sein avec une diminution objectivable du retombé du sein. Le sillon est moins marqué et la poitrine globalement plus haute sur le thorax. Les patientes en ressentent un bénéfice visuel mais également physique avec moins de transpiration dans le sillon des seins et une disparition de la sensation de poitrine pesante lors du retrait du soutien-gorge. Le bénéfice sera d'autant plus marqué si on y adjoint une augmentation de volume via prothèses ou lipofilling. La fermeté du sein reste quant à elle inchangée (sauf évidemment si l'on place une prothèse mammaire). Dans tous les cas, la satisfaction des patientes est en générale importante nonobstant la présence des cicatrices.

Plastimea.com : Quel recul avons nous aujourd'hui sur cette méthode ?

Dr Gheerardyn : Le recul est très long. Cette procédure existant, en effet, depuis quasiment les débuts de la chirurgie plastique, car ce n'est qu'une extrapolation de la réduction mammaire. Evidemment, avec les années, les techniques se sont affinées et les cicatrices ont été minimisé. Dans une mastopexie sans prothèses, il n'y a aucun corps étranger, ce qui rend cette procédure encore moins risquée, même si les études ont montré que la présence de prothèses ne constituaient nullement un risque important.

Plastimea.Com : Comment se déroule l'intervention ?

Dr Gheerardyn : L'intervention se déroule, pour ma part, en hospitalisation de jour, ou en gardant la patiente hospitalisée 24 heures (si mise en place d'implants). La convalescence est d'une quinzaine de jours, et le port d'un soutien-gorge (sans armatures) est recommandé pendant les 3 premiers mois. La reprise des activités sportives varie en fonction des patientes, mais est en générale possible après 1 mois, voire 3 mois pour les sports sollicitant les bras.

Plastimea.com : Les résultats sont-ils durables ?

Dr Gheerardyn : Oui ! Même si le résultat en post-opératoire ne correspond pas au résultat final; en effet, la peau se détend toujours et même une poitrine parfaitement remontée et remise en tension, va retomber quelque peu au cours des mois qui suivent l'intervention, puis se "stabiliser" pour offrir un résultat durable (>10 ans) pour autant qu'il 'y ait pas de grande variation de poids et/ou d'épisodes de grossesses et allaitement. Ce "retombé" du sein est évidemment pris en considération par le chirurgien lors de la prise de décision pour l'intervention. L'idée étant que, en tenant compte de ce phénomène inévitable, le résultat final soit malgré tout meilleur que la situation de départ, et que, par conséquent, la patiente soit libérée de ce complexe.

Plastimea.com : Quels sont les risques et contre-indications ?

Dr Gheerardyn : Les risques inhérents à cette procédure sont ceux de toutes procédures chirurgicales, à savoir principalement infection, hémorragie/hématomes, problèmes de cicatrisation. Dans une moindre mesure, le fait de remonter l'aréole implique parfois des pertes de sensibilité et des souffrances aréolaires pouvant provoquer des nécroses cutanées dans de rares cas. La perte de sensibilité, qui est très fréquente en post-opératoire immédiat, s'améliore en général avec le temps (parfois il faut attendre plus d'une année) et les cas d'insensibilité résiduelle complète sont très rares. Les contre-indications sont elles, les mêmes que pour toutes les chirurgies. Il faut donc que les patientes soient en bonne santé, ne soient pas en situation d'obésité et, afin de diminuer les risques cicatriciels, ne fument pas. Enfin, les patientes présentant des anomalies du collagène (Ehlers-Danlos,...), les patientes aux lourds antécédents de cancer du sein dans la famille proche ou porteuses de mutation génétiques (type BRCA1,2,...) présentent des contre-indications relatives à ce genre de chirurgie.

Plastimea.com : Est-ce douloureux ?

Dr Gheerardyn : Cela reste une intervention chirurgicale donc, en règle générale, douloureuse dans les premiers jours postopératoires. Ces douleurs sont toutefois bien gérables et contrôlables avec des antalgiques simples et des anti-inflammatoires quand cela est possible. Le port de soutien-gorge de maintien intervient également dans le contrôle de la douleur. Enfin, le fait de mettre des implants lors de la mastopexie augmente sensiblement la sensation douloureuse et les limitations postopératoires a fortiori si l'implant est placé derrière le muscle.

Plastimea.com : Combien coûte une mastopexie ?

Dr Gheerardyn : Le prix varie évidemment en fonction de la nécessité ou non de recréer le volume manquant (via une prothèse ou un lipofilling). Il faut prévoir un budget de 3.650 euros hors TVA pour une mastopexie "simple". Lorsqu'il faut y adjoindre du volume, on sera alors plus proche des 5.000 euros.

Plastimea.com : Quelles sont les évolutions actuelles, ou ) prévoir pour cette opération ?

Dr Gheerardyn : Comme discuté précédemment, l'avenir est toujours vers le moins de cicatrices possible. De nouvelles techniques permettent de diminuer sensiblement, dans certains cas, l'importance des cicatrices. Par ailleurs, le lipofilling constitue une grande avancée dans l'idée de "regalber" un sein tombant sans mise en place de corps étranger pour un résultat très naturel et durable dans le temps. Enfin, les nouvelles prothèses recouvertes de polyuréthane permettent une meilleure "accroche" aux tissus environnants et, par la même, une meilleure tenue dans le temps du résultat.

Plastimea.com : Un dernier mot ?

Dr Gheerardyn : Juste rappeler que la multiplicité des techniques, avec pour chacune des avantages et des inconvénients, font qu'il est impossible de donner un avis complet et adapté aux patientes sans consultation. Il faut, en effet, également prendre en compte des facteurs comme l'âge, le type de peau et sa qualité, le type de sein (plus glandulaire ou plus graisseux). Bref, tellement d'éléments entrent en compte que seule une consultation avec un examen clinique permettra de conseiller au mieux les patientes vers telles ou telles techniques. Mais il existe des solutions pour toutes les poitrines et les patientes ne doivent pas avoir peur de consulter.

Lien utile :
Accédez à la fiche du Docteur Gheerardyn pour lui poser vos questions sur la Mastopexie

Trouver un spécialiste

NEWSLETTER
> Avant-premières
> Offres exclusives
-10% en moyenne sur les promos de newsletter

PayPal