Le rajeunissement facial sur le plan médical et chirurgical : interview du Dr Jean Paul Meningaud

L'été arrive, les années passent et les sillons se creusent sur nos visages. Ces rides qui, quelque part, écrivent notre histoire, notre vécu, notre expérience, nous avons les moyens aujourd'hui de les atténuer, voire même de les effacer. Les techniques sont diverses et variées, elles ont énormément évolué, et surtout elles ont fait leur preuves. Les médecins esthétiques et chirurgiens plasticiens sont devenus experts dans ce domaine. Afin d'en savoir un peu plus sur le rajeunissement facial, nous avons interviewé le Dr Jean Paul Meningaud, spécialiste dans ce domaine.

Plastimea.com : Quelle est la différence entre la technique médical et la technique chirurgical pour un rajeunissement facial ? Y a t il un profil type pour chacune de ces techniques ?

Dr Meningaud : Ce qu'il faut vraiment prendre en compte, avant d'envisager un geste invasif, que ce soit un geste mini-invasif ou chirurgical, ce sont tous les paramètres médicaux, c'est très important. Paramètres médicaux non interventionnels qui peuvent être, au sens très large du terme, l'alimentation, l'activité sportive, la qualité de vie, et avant tout, et c'est de loin le plus important, tout ce qui concerne l'humeur, tout simplement la façon de voir les choses et de les appréhender. Pourquoi je dis ça ? Tout simplement parce que beaucoup de patients pensent que le geste, quel qu'il soit, va être magique. Magique dans le sens où il va permettre de régler une dépression suite à une séparation par exemple, mais non, ça ne va pas résoudre ce genre de problématique.Il est légitime de vouloir gérer son vieillissement, de vouloir rajeunir. On peut avoir eu des tas de problèmes, passer par la perte d'un être cher, avoir perdu son travail, une séparation difficile, ou un cancer, et que tout ça ait accéléré le vieillissement, car il est vrai que l'on vieilli par paliers. On peut se dire que l'on a traversé une période difficile et que maintenant on veut contrebalancer, mais s'il n'y a pas, derrière, une attitude positive, ça ne va rien arranger. Le bénéfice qu'on en attend est psychologique et 50% du résultat dépend de la personne. Dans ces 50% il y a beaucoup de paramètres, cependant le premier élément c'est d'appréhender les choses positivement. Je me souviens du cas d'une patiente de 80 ans qui a subi un geste lourd de lifting, pour lequel tout s'est très bien passé avec une récupération en un temps record. Ce qui sautait aux yeux, c'est que c'était une personne ultra positive. Inversement, il y en a d'autres pour qui cela se passe très bien aussi, mais comme elles voient les choses négativement, les résultats sont plus longs à obtenir. Pour que l'effet de rajeunissement soit probant il faut que le patient ait, en plus de l'acte, une hygiène de vie saine. Ce qui peu aider à avoir une hygiène de vie saine est varié: ne pas fumer, dormir suffisamment, alimentation équilibrée, rééquilibration hormonale, activité physique. Vous savez, il a des personnes qui juste avec cette hygiène de vie saine, sans avoir jamais eu recours à la médecine ou à la chirurgie esthétique, qui font plus jeune que leur âge. Je me contente alors de leur faire des gestes vraiment mineurs. Certains ont peut-être un peu de chance avec un patrimoine génétique qui les protège davantage mais les facteurs environnementaux sont prépondérants. Avant d'envisager un geste mini invasif ou chirurgical, il faut bien prendre en considération tout le mode de vie du patient, et avant tout, considérer que la plus grande usine à médicament est notre cerveau. La façon dont on réfléchit, dont on appréhende les choses, modifie complètement la chimie de nos hormones, de nos anti-radicaux libres, et de notre pouvoir de cicatrisation. Il y a une grande différence à ce sujet entre les gens. Il faut que le patient comprenne que le geste va aider, mais ne sera pas magique, il faut que la personne participe. La médecine esthétique va aider dans beaucoup d'indications à condition de prendre en compte le mode de vie du patient. Je dirais même que tout ce qui est médical va être d'autant plus efficace que le mode de vie sera bon. Pourquoi ? Car beaucoup de ces techniques sont des techniques d'injection tissulaire, comme le laser ou l'acide hyaluronique qui stimulent la production de collagène, il est donc essentiel de participer à son traitement. Le patient qui se dirige vers un geste esthétique doit prendre conscience qu'il a aussi une responsabilité. La chirurgie est parfois nécessaire pour traiter un gros excédent cutané; on ne peut y parvenir par des techniques médicales mais la prise en compte de l'hygiène physique et mentale est toujours indispensable.

Plastimea.com : Que peut-on en attendre concrètement sur un plan esthétique ?

Dr Meningaud : Les gestes esthétiques sont de plusieurs natures, il y a les gestes qui vont permettre d'apporter des volumes à l'endroit où il en manque, comme par exemple au niveau des cernes, de la vallée des larmes, les sillons nasogéniens, ce sont des gestes de comblements. Après il y a les gestes qui vont permettre de rétablir le tonus normal de certains muscles, telle la toxine botulique. En France on ne vise pas la paralysie, on vise simplement le rétablissement d'un tonus normal d'une personne de 20 ou 30 ans. Ensuite, il y a tous les gestes de lifting, comme le laser qui va permettre une certaine re-tension et une amélioration de la qualité de la peau, il y a aussi les ultrasons focalisés par exemple, ou les fils tenseurs, puis passé une certaine limite il y a les gestes chirurgicaux qui permettent vraiment d'avoir un effet de lifting efficace.

Plastimea.com : Quel recul avons nous aujourd'hui sur ces techniques et quelles sont les évolutions prévues ?

Dr Meningaud : Les techniques de lifting datent d'il y a quasiment un siècle, c'était des techniques ultra simples qui ce sont beaucoup améliorées depuis. Et concernant les techniques d'injection, la toxine botulique au départ était utilisée par les ophtalmologistes, et avec les injections d'acide hyaluronique on a plus de 30 ans de recul. Je pratique les injections de toxine depuis 25 ans. Avec la toxine botulique, à part le ptôsis (aspect d'oeil fermé)et le méfisto (sourcil en accent circonflexe) qui sont des problèmes totalement réversibles, je n'ai jamais rencontré d'autres complications. Il faut se méfier un petit peu plus de l'acide hyaluronique car il y a possibilité d'infection si l'injection est mal faite. Actuellement il existe une technique, pour débutants, qui consiste à injecter de gros paquets, ce qui crée comme des corps étrangers, et nous déconseillons vivement cette technique car l'objectif doit être de reproduire ce qui existe dans la nature, il faut donc injecter l'acide hyaluronique de façon la plus homogène possible. Sinon on augmente le risque de granulomes, mais si l'on a de bons produits, des produits ayant fait leurs preuves, ces problèmes sont extrêmement rares. Avec les bons produits et une bonne technique, les risques sont extrêmement limités. Je pense qu'on a plus de chance de tomber dans la rue en se promenant que d'avoir un soucis avec une injection. En ce qui concerne les évolutions, elles viennent de tous les cotés, des produits, du matériel et des techniques . Elles viennent aussi d'une meilleure compréhension de la physiopathologie du vieillissement, des nouvelles techniques qui font appel à la réalité virtuelle, à la réalité augmentée, les techniques d'anesthésie, le matériel d'injection,etc. J'ai d'ailleurs pris l'initiative d'un congrès focalisé sur ces innovations en mars 2019. Ces améliorations viennent aussi d'une meilleure pédagogie du patient pour qu'il se prenne mieux en charge, qu'il comprenne mieux tout ce qui lui incombe, car lorsqu'on explique bien la prise en charge est meilleure. Puis il y a aussi les nouveaux champs d'application comme la médecine esthétique génitale masculine et féminine qui intéresse notamment les gynécologues, chirurgiens plasticiens, les médecins esthétiques...La rhinoplastie médicale que l'on pratiquait pourtant depuis longtemps a beaucoup évolué récemment. Je suis, moi-même, surpris par les beaux résultats de certains de mes collègues.

Plastimea.com : Comment se déroule une séance ? Une intervention ?

Dr Meningaud : Tout d'abord, avant une séance ou une intervention, il faut une consultation médicale. Cette consultation permet de faire une anamnèse, un bilan, et déterminer les souhaits du patient, l'informer sur les différentes techniques, lui montrer des exemples de résultats en fonction des différentes techniques, bien lui expliquer tous les effets secondaires possibles, lui donner les fiches d'information. En ce qui me concerne je ne programme jamais mes patients lorsque je les vois en consultation, je leur remets les documents et leur dit de prendre un rendez-vous une fois qu'ils ont bien réfléchi et sont décidé. C'est à eux de prendre l'initiative. De toute façon, légalement, après le devis lors de la consultation, ils ont un délai de 15 jours de réflexion. Même si ce délai s'applique à la chirurgie, je conseille vivement de le faire aussi pour la médecine esthétique, je n'y vois que des bénéfices pour tous les partis. Lors des consultations on apprend plein de choses qui vont faciliter la prise en charge, les traitements pris, les antécédents médicaux, parfois nous sommes surpris car le patient vous dit que tout va bien et au bout de 10 minutes on apprend un antécédent majeur, d'où l'importance capitale d'une consultation préalable. Deux choses importantes aussi, souvent ignorées des détracteurs de la médecine esthétique, c'est qu'à l'occasion de cette anamnèse on fait de la vraie médecine préventive, on ne va pas se substituer à leur médecin mais on leur apprend plein de choses utiles pour leur santé. En prenant les traitement, les antécédents, il arrive parfois qu'on leur conseille de retourner consulter leur spécialiste. Sur le tabac, nous exerçons aussi une action très importante. On est pas là pour faire la morale mais pour expliquer au mieux au patients ce qui est cohérent ou pas avec une démarche de rajeunissement. En médecine esthétique il faut forcément prendre la personne dans sa globalité si on veut avoir un résultat.

Plastimea.com : Combien de temps dure une séance ? Une intervention ?

Dr Meningaud : Les consultations avant geste dure 30 minutes, ça peut aller jusqu'à 3/4 d'heure. Pour les patients qui connaissent bien il faut compter 20 minutes. Pour les gestes d'injection je suis assez rapide, ça fait longtemps que je pratique, j'arrive à tout faire en 20 minutes. Même les traitements laser sont assez rapides puisque je mets rarement plus de 20 minutes. Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation mais le fait d'être rapide tout en étant précis génère moins d'oedèmes, moins d'ecchymoses, moins de douleur. Après, pour la chirurgie, c'est très paradoxale car je mets de plus en plus de temps. En 1993, pour une blépharoplastie, j'opérais les 4 paupières en moins d'1 heure, maintenant, comme il y a plus de gestes, puisqu'on traite plus de choses, je mets un peu plus de temps, environ 1h15.

Plastimea.com : Les résultats sont ils durables ? Sont ils plus durable avec chirurgie ?

Dr Meningaud : Les injections, contrairement à ce qu'on pense, n'ont pas seulement un effet de comblement. L'acide hyaluronique n'est pas qu'un corps inertes qui sert à combler les rides, il a une douzaine de propriétés dont les 3 plus importantes sont qu'ils permet une hydratation continue de la peau, il est anti radicalaire et stimule la production de collagène. Donc en fait, lorsqu'on fait ces gestes là, non seulement on va combler mais on va aussi produire du soin pendant la durée d'action du produit. Concernant la chirurgie c'est la même chose, on peut avoir de très longues durées d'action si le geste est bien fait et que le patient se prend en charge globalement. En ce qui me concerne j'ai des résultats, parfois spectaculaires, sur plus de 10 ans, mais j'insiste il faut vraiment que le patient ait une hygiène de vie correcte, et s'entretienne via la médecine esthétique. Il y a la technique mais aussi toute l'hygiène de vie du patient qui entre en ligne de compte dans le résultat.

Plastimea.com : Est-ce douloureux ?

Dr Meningaud : Non. Le lifting est gênant mais pas douloureux, pour preuve on ne donne que du paracétamol comme antalgique. Gênant parce qu'on est gonflé, on a de l'oedème, ça tire mais pas de douleur. Il faut savoir qu'une injection ne doit pas faire mal, il faut utiliser des aiguilles extrêmement fines ou des canules. Actuellement on a des aiguilles de 34 gauges qui sont un peu couteuses mais excellentes pour les injections.

Plastimea.com : Quels sont les risques et contre-indications de la technique médicale ? De la technique chirurgicale ?

Dr Meningaud : Déjà il y a les non-indications, les gens qui pensent que ces gestes vont être magiques. Après, il y a les contre-indications à l'acide hyaluronique, classiquement il y a toutes les maladies immunologiques où l'on évite les injections, ou on demande l'avis du spécialiste qui les suit. En chirurgie, il y a toutes les contre-indications liées à l'anesthésie, s'il y a un risque anesthésique il est certain qu'on ne l'opèrera pas. Il faut savoir cependant que ces contre indications reculent de plus en plus car la médecine évolue, progresse, et on prend beaucoup plus de précautions.

Plastimea.com : Combien coûte la technique médicale ? La technique chirurgicale ?

Dr Meningaud : Pour les injectables le prix se fait par zone ou par ampoule, ça va de 300 à 500 Euros. Pour les techniques de laser, tout dépend ce qu'on fait, ça peut aller de 100 à 2000 Euros en fonction de la complexité et de l'étendue du traitement. Pour la chirurgie, un vrai lifting commencera à 7000 Euros, il est certain que si l'on fait un mini lifting sous anesthésie locale ce sera moins cher. Après il y a aussi les liftings très complexes avec des modifications d'embellissement (sur le nez, les pommettes, le menton, les angles mandibulaires) qui vont aller jusqu'au double 14.000 Euros voir plus, cela va dépendre des gestes associés. Pour les rhinoplasties il faut compter entre 4000 et 6000 Euros en fonction de la réputation du chirurgien. Les blépharoplasties peuvent monter jusqu'à 3000 Euros voire plus s'il y a un geste de lifting centro-facial associé.

Plastimea.com : Un dernier mot ?

Dr Meningaud : Pour résumer, il faut bien considérer que la médecine et la chirurgie esthétique sont une médecine globale qui doit prendre en compte l'individu dans sa globalité. A elles seules, elles ne peuvent pas tout, le patient doit participer à son traitement.

Accédez à la fiche du Docteur Meningaud pour lui poser vos questions

Trouver un spécialiste

NEWSLETTER
> Avant-premières
> Offres exclusives
-10% en moyenne sur les promos de newsletter

PayPal